lundi 29 août 2011

Niagara, sors de ma douche!!!!

Deux petites minutes en cette fin de journée éprouvante pour me défouler le cerveau qui déborde.

Qui déborde comme la pluie qui a débordé hier soir à Ste-Banlieue.

Ah comme la pluie a débordé... la vitre de ma douche est un jardin de verre éclaté. Ah que la pluie a débordé, qu'est-ce que le spasme de sentir une odeur de chien mouillé?

Bon trève de Nelligan de bas de gamme.

En clair, hier soir, à 19h00, ce fut le déluge. Les tits-égoûts de Ste-Banlieue ne fournissaient plus dans ma rue alors quoi de mieux que d'aller se vider dans un sous-sol de super-héros? Sous-sol par ailleurs déjà habitué à se faire mouiller la couenne du dos...

Ainsi, hier, au lieu de regarder tranquillement la télévision bien calés dans un fauteuil, nous avons essayé, justement, de ne pas caler AVEC le fauteuil. Fallait voir l'horreur : en moins de 20 minutes, il y avait un pied d'eau, les fils de tous les appareils flottaient, les documents importants de X-Man (voire tout son bureau de travail) se faisaient une cure de mouille insistante et en prime, le proprio nous arrosait les neurones de sacres criés et bien sentis.

Il a fallu que je descende et que j'aille calmer la mauvaise humeur des porteurs de testostérone avec quelques blagues bien placées.

Par ailleurs, je suis fascinée par mon sang-froid et ma zénitude. Une vraie dirigeante de chantier: toi tu fais ça, toi tu montes ça à l'étage pis tout le monde, on arrête de capoter pis on laisse aller. L'eau va rentrer anyway, on a déjà tout perdu. Sauvons plutôt nos énergies et appelons les assurances.

Ce qu'on a fait. Les assureurs étaient débordés. J'ai ri aux larmes.

- Vous êtes débordés??? Vraiment? Allez, dites-moi que ce n'est pas un mauvais jeu de mots?

***

Sur ce, je vais aller déborder de joie dans notre nouvelle chambre-salon-à-l'étage. Et tenter de dormir un peu. Et d'oublier qu'au sous-sol, toutes mes bandes dessinées pourtant sauvées une fois, gondolent et frisent tout comme les meubles et mon matériel d'animation de bande dessinée.. que j'avais mis plus d'un an à fabriquer.

***

Mais vous savez quoi? Je suis un peu triste... mais tellement imperméable (rhôôôo!) à toutes nos pertes matérielles.

Parce que je suis quétaine de même, mais ce matin, X-Boy *inconscient du drame puisqu'il dormait* affichait un de ces sourires ravageurs et pour la première fois, aujourd'hui, il a tenté de me parler (dans sa langue étrange) en me regardant droit dans les yeux.
10 secondes de pur bonheur.
Merci X-Boy.

Sans toi, j'aurais tenté de sauver les meubles. NOTE: cette phrase ne veut rien dire, mais fallait que je plogue l'expression qui me faisait trop rire en ce moment! hahahahah

***

Ce qui me réjouit, c'est que le bal des Mâles Constructeurs va recommencer dès demain matin, chers lecteurs. Oui, oui, et ce... pour des siècles et des siècles, Oh yeah!!!!!!!!!!!!! *De la matière à blogue en vue!!!!*

2 commentaires:

  1. Eh merde! Vous devriez dire à votre proprio de faire poser un drain. Au moins, si l'eau s'infiltre, elle va couler à mesure dans le drain.
    Note 1: La poésie, c'est pas ton truc en lendemain de débordement.
    Note 2: Sans me réjouir (je ne suis pas cruelle à ce point, quand même), je dois dire que j'ai hâte de connaître la suite de cette nouvelle péripétie de testostérone de la construction. Qui sait, peut-être que vous aurez un beau tapis cette fois!

    RépondreSupprimer
  2. Bon courage!
    J'ai hâte de lire la suite!

    RépondreSupprimer