mardi 5 juin 2012

NDLR: Planète X-Y-Z

Bon, je fais ici un mea culpa.

J'ai beau avoir été dans mon spm lors de l'évaluation à l'école de X-Boy la semaine dernière, je n'avais pas raison (et j'aurais pu m'abstenir) de porter un blâme sur d'autres parents, qui, j'admets les avoir jugés, étaient dans le même local que moi.

Premièrement, j'avoue que le fait de m'être retrouvée dans un groupe où mon fils était le seul avec un handicap physique important m'a mise en colère. Pourtant, il est souvent le seul dans les centres d'achats et dans mes visites chez les familles et amis, mais hé, je me retrouvais dans une école adaptée et je me suis sentie "exclue"? Disons que je ne m'attendais pas à cela. Ça m'a ébranlée... et comme souvent les humains agissent lorsqu'ils se retrouvent devant une fatalité, ils jettent leur dévolu dans la cour du voisin. Ça fait tellement du bien de trouver un coupable, non? (Moui)

Ainsi, j'ai avancé, sans vérifier au préalable, que certains parents étaient à cette rencontre sans "raison réelle". Que leurs enfants n'avaient qu'un petit défaut de langage et qu'ils ne devaient pas être là. C'était gratuit comme attaque, hein? Rhôôô. J'ai avancé que les parents top-performants n'étaient que des arrivistes qui étaient prêts à tout pour que leurs enfants soient parfaits, quitte à les foutre dans une école d'handicapés afin qu'ils reçoivent des services et surtout, afin d'éviter d'être prisonniers du système si peu efficace des écoles régulières. (Sur ce dernier fait, je maintiens ma position. Les écoles sont en manque criant de ressources. Faudrait peut-être augmenter les frais de scolarité? Hahaha. Provoquons, provoquons!!!)

Bref, le lendemain de ma visite qui m'a projetée dans un marasme émotif et existentiel, j'ai eu (encore) la chance de discuter avec Maman à bord, qui, lorsqu'elle n'est pas Maman à bord, est professeure dans les écoles primaires. Elle m'a indiqué qu'elle ne croyait pas que les parents présents pouvaient se présenter à cette école sans y avoir été référés. Elle m'a expliqué que les parents sont parfois pris dans le système et qu'ils se présentent là où il y a de l'aide. Qu'ils n'abuseraient pas réellement du système. Puisqu'il n'y en a pas, de système cohérent, à proprement parler.

Je l'ai écoutée et j'ai continué à me choquer après la vie. Après le fait que c'est impensable d'intégrer des enfants "normaux" dans des classes aussi spécialisées. Que c'était tellement difficile, en tant que parent, d'être confronté à une telle réalité (je réfère aux ados en fauteuils, par exemple) et que c'était indélicat de la part des spécialistes de les faire rentrer dans cet univers.

Bref, j'en avais beaucoup sur le coeur. Et j'étais mélangée. Car je voudrais protéger les autres parents. Les mettre à l'abri de ce monde auquel j'ai maintenant un accès privilégié. Les empêcher d'être tristes, en colère et de se faire mal, quoi. C'est un réflexe assez maternel, je dirais. Et à y réfléchir, je crois que j'aurais aimé qu'on me protège, qu'on me prépare mieux à un tel "choc", qu'on me soutienne dans cette première visite. J'aurais aimé ne pas me laisser atteindre de la sorte, ne pas me retrouver aux prises avec cette envie de pleurer le monde entier et ce désir soudain d'aider toute la planète à trouver un sens à sa vie.

Ce qui fait que hier, j'ai discuté brièvement avec l'éducatrice spécialisée de X-Boy (qui m'apprenait que cet été, j'aurai droit à un après-midi de répit gratuit par deux semaines grâce au programme d'aide aux familles d'enfants à besoins particuliers qui embaûche des étudiants!!! Yéééééééééé!) de ma confusion et de mon incompréhension face au système d'admission de l'école adaptée.

J'ai obtenu des réponses. Et un baume sur mes colères injustifiées.

1- La prématernelle 4 ans de cette école est ouverte à tous. C'est-à-dire que tous les enfants de cet âge éprouvant une difficulté comportementale, intellectuelle ou physique ont droit à cette scolarisation.

2- Chaque enfant qui est en évaluation y est PARCE qu'il a reçu un diagnostic préétabli par un spécialiste. Donc un parent ne peut se présenter là juste parce qu'il veut que son enfant soit dans une école à 4 ans afin de bénéficier des services spécialisés, comme l'orthophonie, par exemple.

3- Les enfants sont réévalués à la fin de l'année pour l'intégration en maternelle à temps plein. C'est là que la sélection se précise. Il faut que l'enfant ait une déficience intellectuelle et/ou physique et/ou un TED et/ou autre et qu'il soit de ce fait, incapable de fonctionner dans une classe régulière, même avec l'aide d'une éducatrice spécialisée à ses côtés.

4- Un trouble du langage, c'est plus qu'être incapable de dire correctement ses "f" et ses "v". (À ce point, l'éducatrice riait beaucoup!) Un trouble du langage, c'est une incapacité de communiquer. Qui, grâce à des thérapies, pourra (ou non) s'améliorer.

5- Je manquais d'informations précises. C'est évident. Sinon, je n'aurais pas "tiré dans le tas".

6- Mais j'avais le droit d'être en colère et de jeter mon dévolu ainsi pour me défouler. Paraît que le fait que mon fils soit épileptique et que la médication ne fonctionne toujours pas bien après deux mois, ça cause des réactions colériques, dixit cette chère éducatrice qui est toujours fascinée devant mon bagou. Héhé.

7- C'est correct de faire des erreurs de jugement.

8- Tant qu'on est capable de se reprendre et de s'excuser.

9- Alors voilà, je suis désolée si j'ai pu irriter certaines personnes.

10- Je ne suis pas parfaite.

(Non? Aaaaah... on soupire tous en coeur. Mais quelle déception, hein!)

Hahaha.

Paix.

4 commentaires:

  1. :0) Tom mea-culpa est fait!

    Mais je comprends parfaitement ton montée de lait! Je suis dans une situation vraiment differente de la tienne mais j'ai aussi envie de faire d'un peu pogner les nerfs car je paie et me bats pour que mon fils est des services. J'ai beaucoup de difficultés a en obtenir de l'école.

    Bon courage! et j'adore te lire!!!

    RépondreSupprimer
  2. Je te comprends. Ça m'arrive aussi. Et en même temps, je me demande si les handicaps invisibles de mes enfants m'auraient valu ta colère!?!

    Si oui! Bien, je suis vraiment désolée. J'avoue que tu vis des défis qui sont assez rares et plutôt "intense"... Ta colère, tu y as droit!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu vois, Mamanbooh, c'est exactement pour cette raison que je voulais m'excuser publiquement. Parce que dans ma colère, j'en avais oublié les "handicaps invisibles" que mon fils a pourtant et pour lesquels je déplore un manque de sensibilisation de la part de la société.

      Alors hein, je constate d'autant plus que la colère rend aveugle (beaucoup plus que l'amour, tiens!) et qu'il vaut mieux s'informer avant de mordre.

      Je me serais sentie tellement mal à l'aise de te juger, connaissant ton parcours. Et tu aurais pu être dans ce groupe? Woah.

      Je m'aperçois qu'on a droit à la colère, mais qu'il faut savoir la diriger. Par chance, un blogue, c'est semi-public, c'est un défouloir et il est permis de dire ce que l'on veut.

      C'est fabuleux, car j'apprends. Sur tout et à tous les jours. Et sur moi, c'est clair.

      Tu sais comme moi que ce n'est pas un chemin facile, de se découvrir autant de forces que de faiblesses.

      Mais c'est grâce à des exemples comme le tien (par ton blogue) que je continue et que je me dis que cette putain de vie, eh bien, elle vaut vraiment la peine d'être vécue.

      Merci à toi, chère Mamanbooh, d'être toujours là!!! xxx

      Supprimer